B16-musulmans-1024x681

Le dialogue islamo-chrétien, pour les catholiques

Depuis 2002, un groupe d’une quinzaine de catholiques, protestants et musulmans du Ruthénois se retrouve à la mosquée de Rodez, un soir tous les 2 mois environ sous l’égide des « Religions pour la Paix ». Notre dialogue vise à favoriser la connaissance mutuelle, le respect entre personnes de diverses confessions, le partage de nos analyses sur l’actualité (y compris sur ce qui pourrait être motif de division) et parfois des prises de position commune sur telles grandes questions de société. Nous avons ainsi pu aborder les sujets les plus divers, des caricatures de Mahomet au discours de Benoît XVI à Ratisbonne (2006), de la miséricorde de Dieu en islam à la charité chrétienne, de l’attentat du 11 septembre 2001 à ceux de l’Etat islamique, du « mariage pour tous » à la laïcité à la française, de la catéchèse dans nos Eglises à la transmission de la foi à la mosquée ou via internet, de la radicalisation des uns à l’islamophobie des autres…

Force est de constater que ce que notre groupe vit en termes de confiance mutuelle, de reconnaissance féconde de ce qui nous est commun et de ce qui nous distingue, de collaboration à des initiatives communes comme celle organisée à Rodez le 30 septembre 2017*, tout cela gagne à être partagé au plus grand nombre, c’est-à-dire à bien plus que le petit cercle de piliers du dialogue islamo-chrétien (laïcs motivés, prêtre ou religieuse catholique, pasteur protestant, responsables de l’association cultuelle des musulmans de Rodez…). C’est là une responsabilité particulière pour les chrétiens. Il y va du « moment » que vit notre époque qui peine à résister à la montée de l’individualisme, à l’atomisation d’une société oubliant le sens du « commun », à la perte de motifs supérieurs pour lesquels faire « cause commune » avec d’autres et donner de soi – de son temps, de ses biens, voire de sa vie. « Moment catholique » écrit le philosophe Jean-Luc Marion dans son dernier essai**, insistant sur la contribution unique que les catholiques peuvent apporter à une communion qu’ils savent fondée d’en-haut. Car le simple fait d’appartenir à la même humanité, d’être concernés par les mêmes enjeux écologiques, d’adhérer aux mêmes principes démocratiques… ne suffit plus à fonder le désintéressement minimal des uns à l’égard des autres sans lequel le « vivre-ensemble » n’est que juxtaposition de communautés ou d’individus, possiblement concurrents comme l’après-ouragan Irma l’a hélas montré.

Lorsque la laïcité, la séparation des pouvoirs temporels et spirituels, la neutralité de l’Etat en matière religieuse, sont parfois déformées en allergie à l’égard du religieux ou en son exclusion de la sphère publique, les musulmans qu’un tel laïcisme bouscule doivent alors pouvoir trouver dans les catholiques de vrais partenaires de dialogue : des croyants capables de témoigner d’une foi sans tiédeur, aussi affirmée que la leur, et pourtant à l’aise dans une société indifférente à Dieu, parce que Dieu en aime tous ses membres ; des « laïcs » au sens premier du terme, qui ne confondent pas le service qu’ils veulent rendre en tant que disciples du Christ, avec un agenda politique de conquête du pouvoir ou de promotion d’une chrétienté ; des frères qui n’avons peur ni d’être édifiés par la foi de croyants autres, ni d’être interpelés par eux sur nos incohérences ou nos infidélités, ni de les interroger sur ce que nous percevons comme des œillères ou des impasses.

Pour contribuer à une culture de ce dialogue islamo-chrétien chez les catholiques, une série de conférences-débats est proposée en 2017-2018 à Rodez (Saint Pierre), les mardis 3 oct., 5 déc., 6 fév., 3 avr., et 5 juin prochains, intitulée « Regards croisés entre Chrétiens et Musulmans ». Celle du 3 octobre par le p. Jean-Jacques Rouchi, délégué diocésain du service des relations avec les musulmans (Toulouse) sur « les enjeux et défis du dialogue islamo-chrétien » est proposée en vidéo-conférence en plusieurs lieux du diocèse, et elle sera accessible sur ce site internet.

p. Raphaël Bui
(Service diocésain des Relations avec les Musulmans)

* Un repas maghrébin suivi d’une table ronde publique avec l’évêque de Rodez, le pasteur de l’Eglise protestante unie de Rodez et l’aumônier musulman de la prison de Rodez
** Jean-Luc Marion, Brève apologie pour un moment catholique, Grasset 2017

A lire : Les fondements et objectifs du dialogue interreligieux, par Mgr Michel Santier (2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>